La compagnie des ombres

J’aime bien Mathieu Bock-Côté, le docteur en sociologie et le chroniqueur. Son nationalisme ardent, son érudition rayonnante, ses brusques emportements. Quand j’ai su que La compagnie des ombres de Michel De Jaeghere figurait parmi ses ouvrages préférés, je me suis dit : faut que je lise ça! C’est l’histoire, comprends-tu, d’une réflexion de l’auteur sur… l’histoire et à quoi elle sert. De l’Antiquité à l’époque actuelle. Avec une approche méditative. Qui rétablit le dialogue avec les morts, ces « ombres du passé ». Les hauts personnages pas si tant décédés et…

Suite ...

Vignettes africaines : une enfance en noir et blanc

Roman tout neuf, publié à l’été 2021. De Marie-Claude Hansenne. Ex-collègue de travail au ministère de l’Immigration du Québec, amie Facebook, ma Belge préférée, à part la bière, ma Marie-Claude à moi. C’est l’histoire, comprends-tu, de Mathilde (ou Marie-Claude) qui raconte son enfance passée en grande partie au Congo, le belge pas le français, et en Belgique, la wallonne pas la flamande. Après la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1959 quand le Congo revendique son indépendance. L’ordre des chapitres est aléatoire; ils émergent de sa mémoire de gamine à la peau…

Suite ...

Sapiens : Une brève histoire de l’humanité

Un livre de Yuval Noah Harari, publié pour la première fois en hébreu en 2011; traduit en français en 2015. Ouvrage de 500 pages que j’ai abondamment annoté. Inutile d’en livrer des extraits comme pour les romans que j’ai lus; il y en aurait trop. Alors, faudra synthétiser sans trop dénaturer, j’espère, les propos de l’auteur. Et vous les présenter par grands chapitres. Je commence par le commencement comme les religieuses me l’ont enseigné à l’école.   Introduction C’est l’histoire, comprends-tu, d’un animal insignifiant: l’Homo sapiens « homme sage ».…

Suite ...

La belle lurette

« Je ne suis certainement pas doué pour la parole. C’est peut-être pourquoi je me suis mis à écrire. » (Henri Calet, 1904-1956) Son premier roman, Calet le publie en 1935: La belle lurette. C’est l’histoire, comprends-tu, en grande partie, de l’auteur lui-même, né début 1900, qui passe son enfance à Paris et son adolescence à Bruxelles. Parmi les petites gens, marchands à la sauvette, pâles putains, pouilleux, ivrognes, insoumis. Êtres fragiles et marginalisés. Vivant le présent dans l’inquiétude. L’écrivain les décrit avec humanité et indulgence car il les a…

Suite ...

Bel-ami

Roman de Guy de Maupassant publié en 1885. Comme souvent au 19e siècle, il paraît d’abord sous forme de feuilleton dans un quotidien avant d’être édité en livre. C’est l’histoire, comprends-tu, de Georges Duroy, pauvre mais beau bonhomme, arriviste et opportuniste, qui use de l’attrait qu’il exerce sur les femmes, belles, ou brillantes, et surtout riches, pour gravir la pyramide sociale parisienne. En voici des extraits. Qui ne plairont sans doute pas tous à la gent féminine du 21e siècle. (Première conquête de Duroy, une prostituée, qui ne lui fait pas payer…

Suite ...

Arcadie

Roman d’Emmanuelle Bayamack-Tam publié en 2018. Arcadie désignant une société qui vit dans la paix et le bonheur. Celle du livre se trouve dans le Sud de la France. C’est l’histoire, comprends-tu, de Farah Facette qui grandit au sein d’une communauté libertaire rassemblant une trentaine de membres fragilisés par la peur des nouvelles technologies, des réseaux sociaux, du réchauffement climatique, des sulfates, du contrôle numérique, de la salade en sachet, de la concentration de mercure dans les océans, du gluten, des sels d’aluminium, de la pollution des nappes phréatiques, de…

Suite ...

Alexandre Chenevert

Roman de Gabrielle Roy publié en 1954. Une lecture obligatoire en Lettres françaises dans mes années Cégep. Que je ne me suis pas cru obligé de lire. Cinquante ans plus tard, j’ai trouvé le livre encore debout dans ma bibliothèque. Et comme les librairies étaient fermées en cette année COVID, je l’ai lu. C’est l’histoire, comprends-tu, d’Alexandre Chenevert, caissier dans une banque dans les années 1950 à Montréal. Alexandre ne va pas bien, au physique et au moral. Accablé qu’il est par ses responsabilités d’employé, de mari et de citoyen…

Suite ...

Le mystère Henri Pick

Le premier roman que j’ai lu de David Foenkinos était La délicatesse, il y a une dizaine d’années. Une histoire d’amour entre Nathalie et Markus, racontée avec une sorte de candeur et remplie de passages désarmants de simplicité. Comme ceux-ci que je cite de mémoire: « Markus pensa qu’il ne l’avait jamais vue le soir. Il était presque étonné qu’elle puisse exister à cette heure de la journée. » « Nathalie fut surprise de constater qu’il avait la même tête que la veille. Une sorte de force tranquille de l’identique.…

Suite ...

Ce que le jour doit à la nuit

De l’écrivain algérien Yasmina Khadra, son nom de plume; de son vrai nom, Mohammed Moulessehoul. Roman publié chez Julliard en 2008. Qu’un collègue et ami, Nassim, m’a recommandé de lire; après m’avoir raconté dans les grandes lignes, le regard tourmenté ‑ c’est un grand romantique ‑ le film qu’il a vu, tiré du livre, sans doute avec sa jolie fiancée blottie contre son épaule, plongeant tous les deux la main, amoureusement, dans le même sac de pop-corn. C’est l’histoire, comprends-tu, de Younes, un bel Algérien de 10 ans aux yeux…

Suite ...

Pieds nus dans l’aube

Certains titres de romans sont si bien choisis qu’ils donnent aussitôt envie de les lire. Mes nuits sont plus belles que vos jours de Raphaëlle Billetdoux. Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini. Pieds nus dans l’aube de Félix Leclerc. Publié chez Fides en 1947. Qui évoque, comprends-tu, l’enfance parfaitement heureuse de l’auteur, de 12 à 14 ans, vécue à La Tuque, petite ville du Québec, dans les années 1920. En voici des passages: (Pour décrire sa maison, rue Claire-Fontaine, remplie d’une trâlée d’enfants) « Nous sommes tous nés frères…

Suite ...

Intérieur nuit

Marisha Pessl écrit des briques. Son premier roman, La physique des catastrophes, publié en 2007, comportait 822 pages. Intérieur nuit, publié en 2015 chez Gallimard, mon cadeau de Noël de l’année dernière, en contient 849. C’est l’histoire, comprends-tu, de Scott McGrath, journaliste d’investigation, qui veut faire la lumière sur le présumé suicide d’Ashley Cordova dans le Chinatown de New York. Ashley est la fille de Stanislas Cordova, légendaire réalisateur de films d’horreur. Un être réputé maléfique avec qui Scott a eu des démêlés dans le passé en cherchant à le…

Suite ...

La luronne

Roman sorti en livre de poche en 1981 chez Belfond. De Charlotte Wagner. Auteure née après la guerre. À ne pas confondre avec son homonyme, la Charlotte Wagner née en 1991, qui écrit des romans mêlant science-fiction et fantasy. Comme mon fils, Alexandre. La luronne. Un livre léger. Une lecture d’été. C’est l’histoire, comprends-tu, d’une jeune fille des années 60 dont on tait le prénom. Révoltée contre sa famille, contre l’école, contre Dieu, contre tout sauf les garçons. Elle a 14 ans quand elle en embrasse un pour la première…

Suite ...

Le vieux qui lisait des romans d’amour

Publié en 1992 en espagnol et traduit la même année en français. Son auteur, Luis Sepulveda, est un écrivain chilien engagé. Qui dénonce dans ce livre la destruction aveugle et systématique de cette forêt-continent qu’est l’Amazonie et, à travers elle, les équilibres fragiles et vitaux qui lient l’homme et son environnement naturel : « On pouvait penser que le temps avait oublier ces confins de l’Amazonie mais les oiseaux savaient que, venues de l’occident, des langues puissantes progressaient en fouillant le corps de la forêt. » Sens du récit donc, ramassé…

Suite ...

Menaud, maître-draveur

Court roman (159 pages) de Félix-Antoine Savard, curé de son état, paru la première fois en 1937. Ouvrage classique de la littérature québécoise. Roman du terroir. Presqu’aussi connu que Maria Chapdelaine duquel son auteur s’inspire. C’est l’histoire, comprends-tu, de Menaud, paysan, homme des bois et maître-draveur. Mais aussi nationaliste dans l’âme. Qui mène un combat désespéré contre l’appropriation du territoire des Canadiens-français par les Anglais. Particulièrement la montagne, qu’il appelle joliment « les Hauts ». Les envolées lyriques solennelles, comme des sermons d’une autre époque, m’ont un brin ennuyé. Mais…

Suite ...

La fissure

Deuxième roman de Jean-Paul Didierlaurent que je lis. J’avais beaucoup aimé le premier, Le liseur du 6 h 27, publié en 2014. Celui-ci a été édité en 2018 chez Gallimard, collection Folio. C’est l’histoire, comprends-tu, de Xavier Barhoux, représentant de commerce. Il vend des « objets statutaires à vocation décorative extérieure »: des nains de jardin. Vendeur de l’année de son employeur depuis des années. Marié à la même femme depuis des années. Maître du même chien depuis des années. Propriétaire de la même maison depuis des années. Un jour,…

Suite ...

La nausée

Premier roman de Jean-Paul Sartre publié en 1938. Qui figure, en 1950, dans la liste du Grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle. Allez savoir pourquoi. C’est l’histoire, comprends-tu, d’Antoine Roquentin, la trentaine, qui rédige un ouvrage sur le marquis de Rollebon, un aristocrate du 18e siècle. Mais, ses recherches avançant, il trouve le marquis de plus en plus drabe, source, sans doute, de sa première nausée, et écrit son journal au lieu de rédiger son essai. Journal rempli d’observations sur la société embourgeoisée de Bouville, petite ville où se…

Suite ...

Les quatre saisons de l’été

Roman de Grégoire Delacourt publié en 2015. C’est l’histoire, comprends-tu, d’hommes et de femmes qui s’aiment, se croisent, se quittent et se raccommodent comme disait ma mère, à quatre différents âges ou saisons de la vie. Alors qu’ils se trouvent sur les plages du Touquet dans le département du Pas-de-Calais à l’été 1999, juste avant la fin du monde, laquelle n’aura pas lieu. En voici des petits bouts: Première saison. À 15 ans, Louis est amoureux de Victoire, 13 ans. (Assis au bord d’un bassin où nagent des poissons rouges,…

Suite ...

Valse-hésitation

Roman d’Angela Huth publié en anglais en 1970 et traduit en français quarante-huit ans plus tard, en 2018. C’est l’histoire, comprends-tu, de Clare, jolie femme, la trentaine, qui n’arrive pas à trouver l’homme de sa vie. Mariée mais séparée de Jonathan (son deuxième mari), un bon parti mais qui lui tape sur les nerfs par son extrême prévenance. Sitôt leur séparation « pour réfléchir à leur couple », elle est séduite par Joshua, un célibataire désinvolte qui aime bien avoir une femme « interchangeable » dans son lit. Une autre histoire,…

Suite ...

Voyage au bout de la nuit

Roman de Louis-Ferdinand Céline, connu davantage sous son nom de plume: Céline. Récompensé par le prix Renaudot en 1932. Le titre m’a d’abord accroché, puis le texte au dos du livre: « Oh! Vous êtes donc tout à fait lâche, Ferdinand! Vous êtes répugnant comme un rat… – Oui, tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu’il y a dedans… Je ne la déplore pas moi… Je ne me résigne pas moi… Je ne pleurniche pas dessus moi… Je la refuse tout net, avec tous…

Suite ...

La physique des catastrophes

Brique de 822 pages publiée en 2007. Premier roman de Marisha Pessl. C’est l’histoire, comprends-tu, de Bleue Van Meer, une ado américaine dont la mère est décédée alors qu’elle n’avait que 5 ans. Elle suit son père, un intellectuel excentrique, qui la ballotte d’une ville universitaire à l’autre, au gré des charges de professeur qu’il obtient. En voici des petits bouts: (Alors que Bleue assiste à un cours de Biographies américaines et qu’elle s’ennuie à mourir) « Ma longue plongée vers la sinistrose aurait pu se poursuivre sans accroc s’il…

Suite ...

La fille de la supérette

De Sayaka Murata, romancière japonaise, qui a reçu le prix Akutagawa pour son livre, l’équivalent du prix Goncourt au Japon. C’est l’histoire, comprends-tu, de Keiko Furukura, une jeune femme singulière aux yeux de sa famille et de son entourage. Déjà, à l’école primaire, elle avait une manière bien à elle de résoudre les problèmes. Voyant deux garçons qui se querellent durant la récréation, elle abat une pelle sur la tête du premier. La bagarre prend fin alors qu’elle s’apprête à frapper le second; un prof lui enlève l’outil des mains!…

Suite ...

Je pensais que mon père était Dieu

Dans le cadre d’une émission de radio, l’écrivain Paul Auster demande à ses auditeurs de lui envoyer des histoires. Aucune restriction quant aux sujets abordés mais les textes doivent être courts afin qu’il puisse les lire à l’antenne. Gros succès. Auster sélectionne 172 de ces histoires, les classe par thèmes et les publie dans une anthologie intitulée Je pensais que mon père était Dieu chez Actes Sud en 2001. Je vous en présente trois que j’ai résumées pour vous, par pure bonté d’âme! Première histoire Thème: L’amour Titre: La bonne…

Suite ...

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

Roman de Marcel Proust (1871-1922). Écriture serrée, petits caractères, 568 pages. Me suis rendu à la 112e. Pas capable de le terminer. Comme ce fut le cas pour L’éducation sentimentale de Gustave Flaubert (1821-1880). Dont le héros met 900 pages sur 950 à avouer à la femme qu’il convoite qu’il voudrait coucher avec elle. J’ignore encore s’il a réussi (quelqu’un pourrait me raconter la fin?). Proust s’est mérité le Prix Goncourt, édition 1919, pour ce roman. Maître incontesté de la concordance des temps verbaux, marquant la simultanéité, la postériorité ou…

Suite ...

Un élément perturbateur

Premier roman d’Olivier Chantraine, Éditions Gallimard, 2017. C’est l’histoire, comprends-tu, de Serge Horowitz, 44 ans, qui vit encore chez sa sœur plus âgée, Anièce, qui lui prépare chaque matin le déjeuner, qui ne s’est jamais engagé en rien, qui a peur de son ombre et qui compte sur son grand frère, ministre de l’Économie et des Finances pour lui dégoter un boulot. Il travaille comme analyste dans un cabinet d’ingénierie financière, pour le moins opaque, qui procure des solutions de défiscalisation dans les opérations de fusions-acquisitions. Indolent donc mais pas bête. Résultat: il…

Suite ...

Les fous de Bassan

Les fous de Bassan. Premier roman que je lis d’Anne Hébert, une écrivaine québécoise (1916-2000). C’est l’histoire, comprends-tu, d’une petite communauté de Loyalistes, ces colons américains restés fidèles à la monarchie britannique pendant la guerre d’indépendance (1775-1783). Qui ont fui les États-Unis pour s’installer en Nouvelle-Écosse dans l’Est du Canada. À l’été 1936, un événement tragique se produit. Deux jeunes filles de 15 et 17 ans sont assassinées à Griffin Creek, hameau perdu au bord de la mer. Les acteurs principaux de l’histoire révèlent leur version des faits et leurs…

Suite ...

Danser au bord de l’abîme

Roman de Grégoire Delacourt qui a aussi écrit La liste de mes envies, un autre livre que j’ai aimé. C’est l’histoire, comprends-tu, d’Emmanuelle, une femme qui approche la quarantaine; elle tombe amoureuse d’un homme, Alexandre, rencontré dans une brasserie. Elle laisse tout tomber pour partir vivre avec lui: son mari, ses trois enfants, sa meilleure amie, sa mère, qui la renie, sa maison, sa ville, son emploi. Comme je lis toujours un crayon à la main, en voici des bouts que j’ai relevés dans le texte. (Quand Emmanuelle se rend…

Suite ...

Si j’avais un perroquet, je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris)

Vous ai-je dit que je choisissais souvent mes romans d’après leur titre? Comme les bouteilles de vin d’après leur nom. Celui-ci, de Blandine Chabot, une Franco-québécoise, est savoureux, ne trouvez-vous pas? C’est l’histoire, comprends-tu, de Catherine, enseignante, début trentaine, encore traumatisée parce que son ex a couché avec sa sœur; c’était il y a deux ans. À la bibliothèque, elle trouve un mot dans un livre de Françoise Sagan qu’elle a emprunté: « Jean-Philippe 514 555-2062. Appelle quand tu veux ». En voici des petits bouts: (Pour exprimer sa cohabitation…

Suite ...

Les souvenirs

Les souvenirs de David Foenkinos. Ben oui, encore lui. C’est l’histoire, comprends-tu, de la rencontre de Paul et Louise. Paul est un jeune homme solitaire. Il rêve de devenir écrivain. En attendant il travaille comme veilleur de nuit (quelle jolie expression) dans un hôtel. Puis il rencontre Louise. En voici des petits bouts. (Quand Paul se rend compte, très jeune, qu’il n’a pas le sens de la répartie et qu’il ne pognera jamais beaucoup avec les filles) J’ai si souvent été en retard sur les mots que j’aurais voulu dire.…

Suite ...

En cas de bonheur

J’ai terminé la lecture de En cas de bonheur, mon cinquième roman de David Foenkinos. C’est l’histoire, comprends-tu, de Claire et Jean-Jacques qui vivent depuis  8 ans ensemble. Ils ont une petite fille de 6 ans. Une relation sans histoire, sans rebondissements. Pis un jour, Jean-Jacques, va savoir pourquoi, décide de tromper sa femme avec Nadia, une collègue de bureau. Claire le sait tout de suite parce que Jean-Jacques se met à s’absenter de la maison, lui qui ne s’absente JAMAIS de la maison. Elle le fait suivre par un détective…

Suite ...

Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Je ne lis pas de livres de développement personnel. Mais j’ai lu Ce qu’il faut savoir avant de mourir de John Izzo aux éditions Un monde différent, paru en 2009. D’abord parce qu’une collègue de travail me l’a offert en cadeau. Ensuite parce que je suis vieux, que ma dernière heure approche, pas trop vite j’espère, et que je me demande si je suis devenu sage à 67 ans. Ça tombe bien, ce livre dévoile les cinq perles de la sagesse: demeurez fidèle à vous-même; ne laissez aucun regret derrière…

Suite ...

Un jour

Roman de David Nicholls. Humour anglais. C’est l’histoire, comprends-tu, d’Emma et Dexter. Au début, ils sont jeunes, dans la vingtaine, fringants et couchent ensemble à l’occasion d’une soirée où ils font connaissance. Puis ils sont un an sans se voir, deviennent amis à la suite d’une autre rencontre annuelle. Ils découvrent, les années passant, qu’ils sont plus que des amis mais ne s’avouent réellement qu’ils s’aiment d’amour que bien plus tard, passés la cinquantaine. En voici des petits bouts que j’ai annotés: (Quand Emma, vers 27 ans, laisse sa coloc…

Suite ...

L’amour dure trois ans

Roman de Frédéric Beighbeder. Je ne capote pas sur l’auteur ni sur le roman. Pour expliquer sa thèse, il indique que sur 558 types de sociétés humaines, 24 % seulement sont monogames. Et que la plupart des espèces animales sont polygames. J’ignore où il prend ses indicateurs. Sûrement pas auprès de Statistique Canada. Le titre est assez clair. C’est l’histoire, comprends-tu, d’un gars qui croit qu’aucune relation amoureuse ne dure plus de trois ans. Voici les passages que j’ai annotés dans le livre. (Comment il définit cette fameuse boucle) Passion-Tendresse-Ennui, cycle…

Suite ...

Pourquoi pas?

J’ai terminé Pourquoi pas?, un deuxième roman de David Nicholls, mais qui est en fait son premier, le deuxième étant Un jour mais que j’ai lu avant l’autre. Vous me suivez? C’est l’histoire, comprends-tu de Brian Jackson, 18 ans, qui quitte sa mère, veuve, et sa ville natale pour étudier la littérature anglaise à l’université. À 18 ans, il souffre encore d’un acné monstre, le pauvre, ce qui ne l’empêche pas de tomber sous le charme d’Alice, la plus belle fille de la place. Il boit beaucoup de bières, ce qui lui donne du…

Suite ...

Homo erectus

Pas le meilleur roman de Tonino Benacquista mais, c’est pas grave, je l’aime bien quand même. C’est l’histoire, comprends-tu, de trois gars qui se rencontrent lors d’une réunion où se rassemblent plein d’hommes victimes d’expériences sentimentales extravagantes. Yves, le poseur de vitres, est trompé par sa femme la veille de son mariage alors qu’ils auraient pu vivre la vie trépidante d’un couple de banlieue, Terrebonne, par exemple. Après sa rupture, il décide de liquider toutes ses épargnes (pour l’achat d’une maison) en couchant avec les plus belles et les plus…

Suite ...

Chagrin d’école

Je ne lis pas de biographies. Comme je ne lis pas de livres de cuisine. Une affaire de goût. C’est donc un peu à reculons que j’ai lu Chagrin d’école. C’est l’histoire, comprends-tu, de Daniel Pennac, l’auteur du livre, qui raconte ses années d’école. Un cancre qui devient professeur et écrivain. Un écrivain que j’aime bien. Sauvé de la cancrerie par des enseignants d’exception. En voici des petits bouts: (Quand sa mère se désespère de lui) N’étant pas destiné à devenir, je ne luis paraissais par armé pour durer. (Des…

Suite ...

Cher trou du cul

Roman d’Annie Quintin. C’est l’histoire, comprends-tu, de Clara et Damien, un jeune couple qui se forme, se défait, puis se reforme. Voici quelques passages que j’ai particulièrement aimés et que j’ai annotés dans le livre: (Quand Clara, un peu surprise, avoue son amour à Damien après leur toute première mais torride nuit d’amour) Je lui avais dit « je t’aime », une déclaration post coïtale issue d’un mélange de gratitude, d’alcool et de soulagement. « Je t’aime » comme on dit merci. (Après leur séparation, quand Clara collectionne les hommes dont…

Suite ...

Quelqu’un d’autre

Il y avait cette promotion à la Librairie Raffin: à l’achat de deux livres de la collection Folio de Gallimard, on m’en donnait un gratuit. J’ai choisi au hasard dans la pile. Quelqu’un d’autre de Tonino Benacquista. Ce fut le meilleur des trois. C’est l’histoire, comprends-tu, de deux inconnus dans un bar, Thierry et Nicolas, qui se lancent un défi singulier: devenir quelqu’un d’autre dans trois ans. Ça implique de changer de nom, de personnalité, de blonde, d’emploi, même d’apparence. Au risque, à la fin, de se trouver soi-même, pour…

Suite ...

Purge

Il arrive parfois dans la vie qu’un gars se présente en librairie avec l’envie soudaine de découvrir l’oeuvre d’un auteur finlandais… traduite en français. C’est comme ça que je suis tombé sur Purge de Sofi Oksanen, née de mère estonienne et de père finlandais. C’est l’histoire, comprends-tu, de la rencontre de Zara, qui fuit des mafieux russes qui l’obligent à se prostituer, et d’Aliide qui a vécu bien des violences et des humiliations depuis la Seconde Guerre mondiale alors que l’Estonie a tour à tour été conquise et dominée par…

Suite ...

Demain j’arrête

C’est l’histoire, comprends-tu, de Julie, une jeune femme de 28 ans qui s’intéresse à son nouveau voisin, sans même l’avoir vu, parce qu’il porte un nom rigolo: Ricardo Patatras; c’est écrit sur sa boîte aux lettres. Après l’avoir croisé une fois, elle en tombe follement amoureuse et se voit très bien devenir son épouse légitime, Madame Julie Patatras. Un petit roman sans prétention rempli d’humour. Voici des bouts que j’ai bien aimés. (Quand Julie fait les premiers pas en écrivant un petit mot, trois lignes, qu’elle glisse sous la porte…

Suite ...

Je mourrai pas zombie

Écrit par Diane Labrecque. Troisième volet de ma période québécoise après La petite et le vieux de Marie-Renée Lavoie et L’ombre de l’épervier de Noël Audet. C’est l’histoire, comprends-tu, de Dib, 35 ans, qui, en faisant le ménage dans les boîtes accumulées par sa mère le jour de son déménagement, tombe sur le journal qu’elle a écrit 20 ans plus tôt. La jeune femme qu’elle est redécouvre la jeune fille qu’elle a été. Pareille, pas pareille? C’est ce que vous saurez en lisant le roman. En voici des petits bouts.…

Suite ...

L’ombre de l’épervier

Titre d’un téléroman diffusé en 1998 que je n’ai jamais regardé. Mais tiré, ce que j’ignorais, d’un roman édité 10 ans plus tôt, écrit, très bien, par Noël Audet. Une brique de 640 pages. Mon plus gros livre depuis Shogun, 976 pages et Dune, 746 pages. Je compte pas La Bible…   C’est l’histoire, comprends-tu, de Pauline Leblanc, une Gaspésienne un peu sorcière sur les bords; c’est parce qu’elle est très perspicace, par rapport aux hommes en particulier, et de sa famille sur quatre générations dans son petit village appelé…

Suite ...

La délicatesse

C’est l’histoire, comprends-tu, de François qui rencontre Nathalie. S’ensuit une belle histoire d’amour mais François meurt frappé par une auto en faisant du jogging. Il aurait pu aussi bien mourir frappé par un camion de vidanges en sortant ses ordures, comme ça pourrait m’arriver chaque vendredi matin quand je dépose mes sacs verts sur le trottoir, le danger nous guette à chaque instant, mais non le choix de l’auteur est qu’il meure frappé par une voiture. Nathalie est complètement dévastée et déstabilisée. Puis, trois ans plus tard, elle rencontre Markus,…

Suite ...

Au bonheur des ogres

C’est l’histoire, comprends tu, de Benjamin, un homme dans la mi-vingtaine dont les parents sont absents: mère en voyage, père inconnu. Benjamin a un drôle d’emploi: bouc émissaire. Il travaille dans le département des réclamations d’un grand magasin, genre Walmart. Son travail consiste à se faire vertement engueuler par le chef du département, devant les clients, de sorte que ceux-ci, pris de pitié pour lui, retirent leur plainte. Ça marche huit fois sur dix. Sa job est spéciale mais c’est surtout sa famille et son chien épileptique qui le sont.…

Suite ...

La petite et le vieux

J’ai découvert ce roman de Marie-Renée Lavoie durant « ma période québécoise »: trois romans d’auteurs québécois lus coup sur coup. Je vous parlerai des autres plus tard. C’est l’histoire, comprends-tu d’Hélène, une petite fille de 8 ans, et Roger, un vieil homme, son voisin de bungalow à Limoilou, qui attend la mort en buvant de la bière sur une chaise longue devant chez-lui. En voici quelques jolis passages. (Pour décrire les robineux dont la principale occupation est d’arpenter les rues de leur quartier) Certains mouraient d’épuisement au coin d’une…

Suite ...

Un tête-à-tête si troublant

Très long résumé d’un roman Harlequin acheté à la pharmacie du coin. Le seul que j’ai lu de ma vie. C’était pour remonter le moral d’une amie qui filait un mauvais coton. Chaque matin, je lui ai envoyé le résumé d’un chapitre. Onze jours durant pour onze chapitres. Et cette femme radieuse a retrouvé le sourire. Que retenir de cette histoire? Si votre moral est au plus bas, lisez un roman Harlequin. Mais ne me contactez surtout pas pour vous en faire le résumé. Chapitre 1 C’est l’histoire, comprends-tu, d’Éleanor,…

Suite ...

Le liseur du 6h27

C’est l’histoire, comprends-tu, de Guylain Vignolles, 36 ans, qui s’est fait écœurer toute sa jeunesse à cause de son nom, déformé en Vilain Guignol. Résultat: Guylain a appris avec les années à devenir invisible pour éviter les railleries. Il vit seul avec son poisson rouge, Rouget de Lisle, cinquième du nom. Il compte deux amis plutôt excentriques: Giuseppe, un cul-de-jatte en deuil de ses jambes et Yvon, un versificateur qui ne s’exprime qu’en alexandrins. Il aime les livres mais, comme opérateur de la Zerstor, une machine monstrueuse qui « génocide…

Suite ...

Le petit macho de poche

Petit ouvrage publié en 1984 dont tous les exemplaires, même ceux conservés dans les bibliothèques publiques, ont sans doute été détruits par des groupes féminins armés car il rassemblait des pensées, parfois méchantes, parfois drôles, sur nos douces moitiés. Et comptez pas sur moi pour vous prêter le mien. Quelques exemples de pensées drôles. D’un macho anonyme. Ça devait se passer quelque part au 18e siècle entre une jolie marquise et un galant qui tentait de la séduire: – Vous aurez beau faire, monsieur, jamais vous n’aurez mon coeur. –…

Suite ...

La liste de mes envies

« Y a du plaisir sous la couverture », professent les libidineux et les bibliothécaires. La liste de mes envies est un joli roman qui trône fièrement dans ma bibliothèque, des fois que l’un de mes enfants, porté sur le vice ou la lecture, aurait l’idée un jour d’en ouvrir les pages. C’est l’histoire, comprends-tu, de Jocelyne Guerbette, mariée à Jocelyn Guerbette. Femme de 45 ans qui gagne modestement sa vie comme mercière à Arras en France, une ville grosse comme Saint-Jérôme au Québec. Un jour, elle gagne 18 millions…

Suite ...

L’élégance du hérisson

Joli roman écrit par Muriel Barbery, édité en 2006. C’est l’histoire, comprends-tu, de Renée, veuve et concierge d’un immeuble bourgeois à Paris et de Paloma, une jeune fille de 12 ans, aux pensées suicidaires, qui y habite un appartement avec ses parents. Renée, avec son chat qui « colonise le fauteuil », passe le gros de ses journées à lire sur tout, entre autres, les grands philosophes, et est bien plus lettrée que la plupart des riches suffisants de son immeuble. Paloma, voyant agir ses parents et les autres adultes,…

Suite ...